Somival : partenaire des territoires, assiste ses clients et partenaires tout au long de leurs projets d'aménagement, de la conception jusqu'à la réalisation, voirez l'exploitation.
Nos références et réalisation : Energie La base documentaire  : Energie
Chaufferie bois lycée Lafayette Clermont-Ferrand

Chaufferie bois lycée Lafayette Clermont-Ferrand



Construction d'une chaufferie bois et réfection de la chaufferie gaz au lycée La Fayette à Clermont-Ferrand (63)

 
Pour le compte de : CONSEIL REGIONAL D’AUVERGNE
Mission : Maîtrise d'oeuvre complète
Surface de l’opération : 200 m²
Equipe de projet : SOMIVAL (mandataire) / architecte
Montant de l'opération : 920 395 € HT
 
Le Conseil Régional d’Auvergne a souhaité le remplacement de la chaufferie du Lycée La Fayette de Clermont-Ferrand, composée de trois chaudières gaz d'une puissance totale de 1760 kW, par une production à déchets de bois complétée par deux nouvelles chaudières gaz.
 
Ce nouveau dispositif de chauffage atteindra 2360 kW à pleine puissance et le réseau de chaleur, alors déployé, alimentera en eau chaude, chauffage et sanitaire non seulement le lycée mais également la grande cuisine de l'établissement, ainsi que le gymnase municipal qui possédaient leur propre chaufferie de chauffage et ECS.
 
Les cinq sous-stations du lycée sont réalimentées par le réseau de chaleur, alors que, pour la cuisine et le gymnase, deux sous-stations ont été créées intégrant la production ECS depuis le réseau de chaleur mis en place.
 
Caractéristiques techniques de la chaufferie :
 
Equipement et puissance
- 1 chaudière bois puissance 960 kW
- 2 chaudières gaz d’appoint, puissance totale 1400 kW
 
Stockage
Bâtiment de stockage biomasse : 240 m³
 
Alimentation
Par élévateur (redler + vis)
 
Combustible
Plaquettes de bois
 
 
 
A voir également dans Energie > Références

Salon Bois Energie de Limoges les 30 et 31 mars 2017

PELLETS TORREFIES - Combustible bois énergie


SOMIVAL, développeur du projet CIBV, sera présent au salon Bois Energie de Limoges, pôle Industrie et Collectivités : stand F98.

Télécharger en pdf :
Pellets torréfiés
























































PELLETS TORREFIES - Combustible bois énergie



logo-Carbon Ingen'r



LA PREMIERE UNITE INDUSTRIELLE EN EUROPE DE PRODUCTION DE PELLETS TORREFIES


Le projet CIBV en Corrèze à BUGEAT-VIAM permettra la réalisation de la première unité industrielle en Europe de production de pellets torréfiés à partir de bois-énergie.


Le projet développe une technologie innovante permettant de rendre le combustible bois-energie énergétiquement et économiquement plus performant que lorsqu’il est utilisé sous forme de plaquettes ou granulés humides (pellets blancs).


 

zone bois de Bugeat Viam

Site existant d'implantation du projet




 

Le projet CIBV et ses partenaires

SOMIVAL développeur du projet CIBV, associée au groupe EIFFAGE et au fonds d’investissement régional DYNALIM, a créée la société CIBV assurant la conception, la réalisation et l’exploitation de l’unité de production de pellets torréfiés de Bugeat-Viam en Corrèze.


logo somiv Logo DymalimLogo Eiffage énergie

 

La zone bois de Bugeat-Viam en Corrèze au cœur d’un massif forestier.

SOMIVAL avec l’appui de Limousin Expansion et des collectivités locales a identifié un aménagement existant en Corrèze, adapté pour la localisation du projet : La « zone bois de Bugeat-Viam» prévue lors de sa création par les collectivités locales comme aire de stockage bois. Ce site présente l’intérêt majeur d’être à proximité d’une gare de fret aménagée rendant ainsi possible l’implantation de l’unité industrielle de production de combustible biomasse projetée.






 

Un projet industriel

En fonction de la ressource mobilisable en bois-énergie brut, le projet CIBV a pour objectif de produire 45.000 tonnes de pellets torréfiés par an dans une première phase, représentant un potentiel énergétique de 250 GWh.


pellets torréfiés

 









L’objectif poursuivi par CIBV est de développer la production industrielle du nouveau combustible « pellet torréfié » dont Les caractéristiques principales sont très proches du charbon, mais gardant bien toutes les caractéristiques et avantages du bois-énergie en termes de développement durable et de bilan carbone.





A l’heure de la transition énergétique, dont le programme prévoit une montée en puissance des énergies renouvelables, le bois-énergie se positionne fortement comme l’une des alternatives aux énergies fossiles.


Pellets

 

 

Une rupture technologique majeure apparait dans la filière combustible du bois énergie avec un combustible nouveau plus performant, issu d’une transformation industrielle élaborée de la biomasse et ouvrant des possibilités de substitution aux combustibles fossiles charbon, restant présent dans beaucoup d’installations existantes, dans des conditions économiques adaptées.


Pellets torréfiés






La torréfaction est un traitement thermochimique « doux », à l'interface entre séchage et pyrolyse, visant à éliminer l’eau contenue dans le bois et à modifier une partie de la matière organique de la biomasse pour casser les fibres (dépolymérisation). La réaction de torréfaction s’effectue entre 250 et 300°C sous atmosphère en défaut d'oxygène, le temps de séjour dans le réacteur étant très court (moins de 30 minutes). La torréfaction conserve le pouvoir calorifique quasi intact du bois-énergie.






 



 Pellets torrefiés, un nouveau combustible et des perspectives d’avenir pour le bois énergie


 

Le combustible « bois-énergie » à l’état brut est souvent limité dans son développement par ses caractéristiques intrinsèques.

Aujourd’hui, l’essentiel des ressources en biomasse issues de la forêt sont transformées en combustible par une simple transformation mécanique de broyage.

Les plaquettes forestières ainsi produites ont des caractéristiques d’humidité et de densité qui pénalisent leur exportation loin des massifs forestiers en raison de coûts de transport importants.

De plus, ces plaquettes nécessitent des investissements élevés pour leur combustion dans des installations complexes de stockage, manutention, alimentation et chaudière, en comparaison d’installations de puissance similaire, utilisant des combustibles fossiles anhydres de densité énergétique supérieure.

Le développement des pellets blancs constitue une amélioration technique par rapport aux plaquettes, mais ce combustible présente toujours quelques inconvénients limitant le développement de la filière bois énergie (prix élevé, densité encore faible, sensibilité élevée à l’humidité et temps de conservation limité).

 

Le processus de torrefaction et de densification (pelletisation) du bois permet de:




  • Conserver à 95% le pouvoir calorifique du bois-énergie brut.

  • Augmenter la densité énergétique et réduire les coûts de transport et de stockage.

  • Rendre stable et hydrophobe le combustible qui peut être stocké à long terme sans perte de pouvoir calorifique

  • Génèrer un combustible utilisable dans des installations existantes fonctionnant au charbon, sans modifications ni aménagements spécifiques

  • Générer également un combustible utilisable dans des installations neuves (chaufferies industrielles ou de réseaux de chaleur) dont le coût d’investissement est réduit grâce à la densité et l’homogénéité de ce nouveau combustible nécessitant des équipements plus simples et permettant de réduire à la fois les volumes de stockage, simplifier la manutention et l’alimentation des chaudières et réduire la taille du foyer des chaudières.



Process






Un Approvisionnement spécifique et structurant pour la filière bois-énergie…

Nettoyage

 

… associé à des enjeux de territoire liés au projet,

Replantage

 

…100.000 tonnes par an de bois énergie valorisé pour produire 45.000 tonnes de pellets torréfiés.

Environ 1.000 ha forestier par an restaurés dans la zone d’approvisionnement du projet CIBV.

 

Zone d'implantation



Une filière d’approvisionnement en bois énergie garantissant pérennité et stabilité économique pour le projet CIBV et des externalités positives pour le territoire.


La filière bois-énergie est parfois concurrente des autres usages du bois utilisé pour la construction, l’industrie du papier ou des panneaux de particule et cette cohabitation est complexe en raison d’enjeux différents et de cycles économiquespeu en phase les uns avec les autres.

Le bois énergie d’origine forestier bénéficie cycliquement d’opportunités ou de menaces conjoncturelles vis-à-vis de ses compétiteurs, et le manque de stabilité de son prix est souvent un frein à son développement dans le secteur de l’énergie ou les investissements doivent être sécurisés sur des durées longues.

Si l’ensemble de la production forestière peut être brulée pour produire de l’énergie, à l’inverse une partie de cette matière n’a pas d’autre usage possible que sa valorisation énergétique : il s’agit des souches, des branches et rémanents forestiers ou de taillis issu de la déprise agricole.

L’extraction de ce combustible non utilisable pour d’autres usages, créée de la valeur en redonnant au foncier forestier de nouveaux usages aux sols (reboisement optimisé ou remise en exploitation agricole).

En plus des performances environnementales qu’il permet d’atteindre le projet CIBV est porteur de développement économique et sociétal :

  • Valorisation des investissements réalisés antérieurement par les collectivités sur la zone d’activité et la gare bois de Bugeat (plateforme de 27 hectares créée par les collectivités dans les années 2000 et aujourd’hui disponible),

  • Création d’emplois sur la plate-forme de stockage et de transformation (estimée à 20) et création d’emplois en forêt pour la mobilisation de la ressource (entre 30 et 40 emplois pour la seule étape de collecte et de logistique de la matière bois énergie).

  • Développement économique local de la filière bois et agricole: augmentation et structuration de l’activité locale forestière de collecte forestière de la biomasse, valorisation des fonciers traités soit par une replantation soit par une remise en état pour exploitants agricoles.












Deux usages des pellets torréfiés


1-    transition énergétique du charbon vers la biomasse… pour des installations thermiques existantes 

Les pellets torréfiés trouvent comme usage prioritaire la substitution du charbon dans des installations existantes, grâce aux caractéristiques de similitude.

Le parc français des centrales thermiques utilisant du charbon représente un patrimoine important et difficilement transformable à court terme pour être en capacité d’utiliser des combustibles moins polluants.

Ce parc est encore composé de 5 centrales électriques de 600 MWe chacune, soit une puissance totale installée de 3.000 MWe.

Egalement, de nombreuses centrales thermiques industrielles ou alimentant des réseaux de chauffage urbain, pourront réduire leurs émissions de CO2 grâce à la substitution totale ou partielle du charbon par des pellets torréfiés.




Centrale

Le réseau de chaleur de Paris, exploité par le Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain (CPCU) importe depuis 2 ans des USA des « black pellets » pour bio-sourcer son unité de Saint Ouen et réduire ses émissions de CO2.

CIBV a l’ambition de participer à la transition énergétique de cette centrale en fournissant des pellets torréfiés venant de Corrèze et ainsi contribuer au développement durable de CPCU en fournissant 35.000 tonnes de combustible « carbone neutre », dès 2018.



2- développement d’installations thermiques  biomasse nouvelles … l’accélération de la création de réseaux de chaleur


Les pellets torréfiés sont adaptés à des installations thermiques plus simples que celles fonctionnant avec de la biomasse humide et à faible densité.


Les coûts de transport réduits, les investissements moindres pour les chaufferies et une diminution des coûts d’exploitation des installations contribuent au développement de nouvelles installations biomasse.


 
 Réseau de chaleurCIBV réserve 10.000 tonnes de sa production pour alimenter en pellets torréfiés des nouvelles chaufferies de réseaux de chaleur ou des installations de production de chaleur, vapeur, ou cogénération.








CHIFFRES CLES :




  • Production annuelle estimée de 45 000 tonnes de pellets torréfiés

  • PCI moyen  des pellets torréfiés produits : 20 GJ/tonne, soit 250 GWh







CARBON INGEN’R BUGEAT-VIAM


7 rue Columbia – Parc Ester


87068 LIMOGES   


RCS Limoges 820 114 122         






 Contact: SOMIVAL

33, rue Crémieux, 75012 PARIS

Pierre Henri GAUDRIOT

Email : ph.gaudriot@somival.fr

 
Voir la suite...

Etude stratégique pour le développement des énergies renouvelables (19)

Etude stratégique pour le développement des énergies renouvelables (19)

Schéma de développement des énergies renouvelables sur le territoire de la Communauté d'Agglomération du Bassin de Brive


 

Maître d'ouvrage : COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION DU BASSIN DE BRIVE

Mission : Assistance à Maîtrise d'Ouvrage - Etude stratégique


Durée de l'opération : 18 mois


 

Contexte et descriptif de l’opération :

 

La Communauté d’Agglomération du Bassin de Brive (CABB) regroupe 49 communes depuis 2014. Elle a engagé une démarche visant à réduire les consommations énergétiques et améliorer l’efficacité énergétique.

 

Descriptif de la mission :

 

-          Identifier les potentiels de développement de production des énergies renouvelables et définir une stratégie opérationnelle de développement des énergies renouvelables sur le territoire

 

o   Présentation des différentes technologies existantes ou émergentes

o    Identification des potentiels de développement (enjeu pour le territoire, atouts/contraintes, opportunités/menaces) : bois énergie par la création d’une forêt publique pour l’approvisionnement du réseau de chaleur à Brive, biomasse par le développement de petites unités de méthanisation sèche en agriculture, photovoltaïque (inventaire des sites potentiels, identifications des acteurs principaux intéressés avec analyse du développement sur le patrimoine des collectivités, solaire thermique, auto-consommation), hydraulique (avec la mise en place de micro-centrales) et l’éolien (notamment le nord du territoire pour le grand éolien)

o    Analyse des différentes modalités de montage juridique et financier des projets

o    Définition d’une stratégie opérationnelle de développement des énergies renouvelables

 

-          Accompagner la collectivité en matière de communication

 

-          Réaliser un cadastre solaire (option)

 
Voir la suite...

Etude d'approvisionnement en énergie et en eau (12)

Etude d'approvisionnement en énergie et en eau (12)

Etude d'approvisionnement en énergie et en eau - Camp du Larzac (12)


 

Mission : Etude de faisabilité


Maitre d'ouvrage : MINISTERE DE LA DEFENSE

Surface de l'étude : 20 hectares

 

Présentation de la mission et objectifs :

 

L’étude de faisabilité réalisée par SOMIVAL doit permettre au Maître d’Ouvrage d’optimiser, au regard de l’adaptation du camp du Larzac (effectifs renforcés), ses ressources énergétiques et en eau en :

  • l’aidant à prendre une décision en vérifiant si son projet est envisageable (faisabilité technique, économique, juridique et environnementale),

  • lui fournissant des propositions élaborées suite aux investigations de terrains et données disponibles recueillies (3 scénarios maximum et mix énergétique),

  • lui communiquant le montant des travaux, les consommations et besoins futures, les économies réalisables et le temps de retour sur investissement (à titre indicatif).


 

Les objectifs sont :

 

Sur le plan énergétique :

  •  Connaissance de l’état actuel besoins/consommations,

  • Analyse prospective besoins/couverture ENR,

  • Evaluation des systèmes les plus adaptés par type de consommation d’énergie.


 

Sur le plan des approvisionnements en eau :

  • Etudier les différents types d’utilisation d’eau/bâtiments,

  • Connaissance des orientations en matière d’aménagements existants et ouvrages neufs à créer,

  • Evaluation des besoins volumétriques en eau,

  • Avantages/inconvénients de différents scénarios,

  • Analyse de la capacité des ouvrages existants réutilisables (Station d’épuration, réserve en eau, etc.).


 

 
Voir la suite...

DPE Gendarmerie et logements à Saint Irieix la Perche

DPE Gendarmerie et logements à Saint Irieix la Perche

Diagnostic Performance Energetique à Saint Irieix la Perche Gendarmerie et logements de fonction (87)


 

Pour le compte de :  COLODOR

 

 

Mission : Diagnostic énergétique

 

 

Surface de l'étude :

Surface thermique de la brigade : 230 m²

Surface habitable pour les 10 logements : 920 m²

 

 

Contexte :

 

COLODOR a confié à SOMIVAL la réalisation d’un Diagnostic de Performance Energétique (DPE) de la brigade de la gendarmerie et ses 10 logements, dans le cadre de l’Arrêté du 21 septembre 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments neufs en France métropolitaine.

 

Caractéristiques de l’étude :

 

Deux types de DPE sont réalisés :

 

  • DPE vente établissements tertiaires pour la gendarmerie,


 

  • DPE vente logements pour les 10 logements de la gendarmerie.


 

 

Les diagnostics remis à COLODOR comporteront les éléments suivants :

 

 

  • Identification des bâtiments,


 

  • Indication des énergies utilisées avec un descriptif des principales caractéristiques thermiques et géométriques des bâtiments,


 

  • Evaluation des consommations conventionnelles d’énergie, les émissions de gaz à effet de serre associées et les frais énergétiques annuels des bâtiments par la méthode 3CL-DPE sur logiciel ECODIAG de BBS SLAMA.


 

  • Recommandations d’améliorations pour les 11 bâtiments.


 

 







icone-pdf 87 - dpe neuf - gendarmerie St Irieix La Perche_SOMIVAL_diagnostic_energie


Voir la suite...

Etude stratégique énergétique d'une ZAC à Tremblay-en-France

Etude stratégique énergétique d'une ZAC à Tremblay-en-France

Etude stratégique énergétique de la ZAC Sud Charles de Gaulle à Tremblay-en-France (93)


 

Maître d'ouvrage : AFTRP - ETABLISSEMENT PUBLIC INDUSTRIEL ET COMMERCIAL

Mission : Etude stratégique énergétique


Surface : 198 ha


 

Contexte et descriptif de l’opération :

 

Le projet concerne l’urbanisation d'un espace de198 ha situé entre la plateforme aéroportuaire de Roissy, le Parc des expositions, les secteurs résidentiels Nord de Villepinte et la plaine agricole de Tremblay.

L'AFTRP souhaite que la démarche développement durable soit au cœur du projet ambitieux de ZAC.

 

Le projet comprend :

 


    • la création d'un parc d'activités international de 500 000 m2 de SHON ;



 


    • l'extension du Parc des Expositions de Villepinte sur 300 000 m2 de SHON, dont une moitié sera consacrée à l’étude ;



 

  • l'extension du Parc des Expositions de Villepinte sur 300 000 m2 de SHON, dont une moitié sera consacrée à la construction de nouveaux halls d'exposition et une autre moitié sera destinée à la création d'une Cité de la Communication.


L’étude comprend :

 


    • état des lieux énergétique des principaux acteurs du voisinage de la ZAC ;



 


    • définition des besoins énergétiques futurs de la ZAC ;



 


    • étude des potentialités d'énergies renouvelables ;



 


    • définition de scénario d'alimentation en énergie ;



 

  • approfondissement du scénario retenu.


 

 

Particularité de la mission : Démarche de concertation avec les principaux acteurs du voisinage dans le but d'identifier les possibilités de synergie. ZAC de bâtiments tertiaires.

 
Voir la suite...

Pré-étude de faisabilité pour reconversion du groupe 4 FLC Centrale E. Huchet

Pré-étude de faisabilité pour reconversion du groupe 4 FLC Centrale E. Huchet

Pré-étude de faisabilité pour la reconversion du groupe 4 FLC d'une centrale (57)


 

Maître d'ouvrage : COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS NABORIEN


Mission : Pré-étude de faisabilité

Puissance : 900 kW

Equipe de projet : SOMIVAL / CdF INGENIERIE

 

Caractéristiques de l'étude :

 

Le groupe 4 FLC de la centrale Emile Huchet doit fermer en 2015. Les élus de la Communauté de Communes du Pays Naborien ont souhaité évaluer la possibilité de convertir cette unité au charbon en une unité capable de brûler d’autres combustibles notamment des résidus de l’exploitation minière (Schlamms), de la biomasse (bois énergie) voire des déchets.

 

Cette pré-étude de faisabilité doit répondre à 3 grandes questions de fond :

  1. Quelle est la ressource en combustible disponible (volume, facilité d’approvisionnement, qualité…) éventuellement exploitable par l’unité reconvertie et à quel coût ?

  2. Quelles sont les possibilités de reconversion en particulier de la chaudière à un coût raisonnable et de façon à satisfaire les exigences réglementaires (rejet atmosphériques par exemple) ?

  3. Quelles sont les pistes d’exploitation et de distribution de l’énergie produite sous forme de vapeur et chaleur à proximité ?


 

L’étude a mis en commun les compétences techniques de CDFI qui connait très bien la centrale, celle de SOMIVAL qui maitrise la question de la ressource en bois énergie et celle du combustible et enfin les compétences de la société Assist en matière de réseau de distribution de vapeur/chaleur.

 

 

 
Voir la suite...

Diagnostics sur les bâtiments communaux de Saint-Flour

Diagnostics sur les bâtiments communaux de Saint-Flour

Réalisation de divers diagnostics sur les bâtiments communaux de Saint-Flour (15)

 

Pour le compte de :  VILLE DE SAINT-FLOUR

 

Mission : Diagnostic de bâtiments, énergie, accessibilité, sécurité incendie et acoustique marché à bons de commande sur 3 ans

 

 

Contexte et descriptif de l’opération :

 

SOMIVAL doit réaliser, pour la Ville de Saint-Flour, un état des lieux permettant des préconisations de remise à niveau des bâtiments communaux. Ces diagnostics portent sur le bâti, l’accessibilité, l’énergie, la sécurité incendie et l’acoustique.

 

Les établissements concernés sont  les suivants : bibliothèque municipale, camping Roche Murat (2 blocs sanitaires, accueil et 11 chalets), Eglise Saint-Vincent, Eglise Sainte-Christine, Groupe Scolaire Hugo Vialatte et club du 3ème âge (y compris locaux associatifs), Groupe Scolaire Louis Thioleron, Gymnase de la Fontiong, Halle aux Bleds, Mairie, marché Saint-Vincent, Musée de la Haute-Auvergne, salle de spectacle « Le Rex », salle des Jacobins, stade de l’Ander et tennis couvert.

 

Méthodologie pour chacun des diagnostics commandés :

 


    • Visite sur site avec réalisation des relevés nécessaires (avec plans de niveaux pour certains bâtiments)

    • Etablissement de rapports contenant les éléments suivants :

      • vérification des obligation réglementaires ou normatives

      • description des travaux correctifs à envisager

      • estimation des coûts d’investissement et de la durée des travaux

      • temps de retour sur investissement, économie réalisée

      • aides et subventions possibles

      • hiérarchisation des tâches





 

 

 
Voir la suite...

Chaufferie bois GS Paul Chevallier Rillieux la Pape

Chaufferie bois GS Paul Chevallier Rillieux la Pape

Construction d'une chaufferie bois au Groupe Scolaire de Paul Chevallier à Rillieux La Pape (69)

 

Pour le compte de : VILLE DE RILLIEUX LA PAPE

Mission : Maîtrise d’œuvre complète

Surface de l'opération : 100 m²

Durée de l'opération : 14 mois (1ère phase de l'opération de construction du groupe scolaire et du gymnase de la ville sur une durée de 60 mois)

Equipe de projet : SOMIVAL (BET),  architecte mandataire et 5 spécialistes en espaces publics, BET Structures bois, développement durable, systèmes de traitement d'air

 

Caractéristiques techniques de l’opération :

 

La production de chaleur est réalisée par une chaufferie centralisée d’une puissance totale d’environ 860 kW et répartie comme suit :

 

  • Une chaudière bois d’une puissance de 320 kW qui couvre 80 à 90 % des besoins annuels,

  • Une chaudière gaz de puissance unitaire égale à 540 kW gérant l’appoint et le secours à 100 % de la puissance maximum,

  • Déploiement d’un réseau de chaleur.


 

En cas de fonctionnement en secours, la mise en marche de la chaudière gaz se fait automatiquement par une régulation adaptée.

La gestion de la production de chaleur est gérée par un fonctionnement en cascade des deux chaudières.

 

-          Stockage

Le stockage de combustible de bois fournit une autonomie minimale de 6 jours par période de grand froid.

 

-          Alimentation

La chaîne d’alimentation est commandée par un détecteur de niveau situé dans le réservoir à combustible. Il déclenche une vis de convoyage sans fin motorisée qui permet de reprendre le combustible en sortie de l’extracteur silo pour l’acheminer jusqu’au système d’alimentation de la chaudière.

Evacuation mécanisée des cendres et suies.

 

-          Combustible

Déchets de bois verts : plaquettes forestières

45% d’humidité

 

 
Voir la suite...

Audit énergétique copropriété Beauséjour (03)

Audit énergétique copropriété Beauséjour (03)

Réalisation d'un audit énergétique réglementaire dans une résidence à Vichy

 

Pour le compte de : COPROPRIETE BEAUSEJOUR VICHY

 

Syndic Copropriété : SQUARE HABITAT

 

Mission : Audit énergétique réglementaire

 

Surface du périmètre de l'étude : 12 logements

Surface totale du bâtiment : 916 m²

 

 

Contexte :

 

La copropriété Beauséjour, construite en 1965, située à Vichy a fait réaliser par SOMIVAL un audit énergétique lui permettant de se mettre en conformité avec la réglementation et de définir un plan de réduction de ses consommations énergétiques (chauffage, eau, électricité). L’audit porte uniquement sur les consommations collectives des logements et locaux commerciaux.

 

Caractéristiques de l’étude:

 

La mission se décompose de la manière suivante :

 

Etape 1 : L’état des lieux dresse un diagnostic énergétique, en mettant en avant les   qualités et les carences techniques conceptuelles et d’utilisation des bâtiments (visite et diagnostic de la situation actuelle) ;

 

Etape 2 : L’audit énergétique consiste à établir un plan d’actions d’amélioration de l’efficacité énergétique qui visent à réduire la facture énergétique, améliorer le confort des occupants, satisfaire, dans la mesure du possible, les objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement, tout en envisageant la possibilité d’utilisation d’énergies renouvelables :

 


    • Simulation du bâtiment à l’aide d’un logiciel de simulation thermique permettant le calcul des consommations dues au chauffage et la simulation des améliorations (étapes suivantes) ;



 


    • Propositions d’actions d’amélioration de l’efficacité énergétique, avec coût d’investissement et gains énergétiques associés ;



 

  • Propositions de bouquets de travaux (mixe énergétique), avec coûts d’investissement et gains énergétiques associés, et indication des aides financières envisageables (subventions, crédit d’impôt, prêts aidés, etc.).


 

Etape 3 : La remise du rapport d’audit énergétique complet en fin de mission.

 

Etape 4 : La présentation de l’audit au Conseil Syndical

 

 

 
Voir la suite...
Siège de Clermont-Fd
23 rue Jean Claret
63 000 Clermont-Ferrand
Tel. +33 (0)4 73 34 75 00
Fax. +33 (0)4 73 34 75 89
Agence de Paris
33 rue Crémieux
75 012 Paris
Tel. +33 (0)1 53 17 30 01
Fax. +33 (0)1 44 75 34 40
Agence de Limoges
Parc Ester – 7 rue Columbia
87068 Limoges
Tel. +33 (0)5 55 33 94 50
Fax. +33 (0)5 55 33 94 59
Agence de Freyming Merlebach
2 rue de Metz
57800 Freyming Merlebach
Tel. +33 (0)3 87 81 15 67
Fax. +33 (0)3 87 82 86 49